Accueil > Les arts martiaux > Les disciplines annexes

Les disciplines annexes

Pour la branche Maroto-ha, hormis l’aïki-jujutsu et le Iaïdo, toutes les autres disciplines sont considérées comme annexes et, de ce fait, le programme en est restreint. Il n’est pas prévu de test au dessus de Shodan (1er DAN : qui signifie en japonais commencement). Ces grades permettent donc d’acquérir les bases permettant de recevoir un perfectionnement dans d’autres écoles spécialisées, ou d’obtenir des Menkyo (voir grades et titres) à partir du 3ème DAN.

Le Jo-Do :

C’est l’art de manier le bâton moyen. Celui-ci est réalisé dans un bois très dur. La taille du bâton est adapté à la hauteur du niveau de la taille de celui qui le manipule.

La technique de Jo-jutsu est inventée au XVIIème siècle par Muso Gonnosuke qui estimait que le Bo (bâton long) n’était pas assez efficace pour vaincre un adversaire armé d’un katana.
Il aurait ainsi vaincu le plus grand escrimeur japonais de tous les temps : Miyamoto Musashi.

Nous étudions les différentes attaques et parades de bases d’abord seul, puis à deux (Jo contre Jo), soit sous forme de katas ou bien d’enchaînements imposés par l’instructeur. Puis, après un certain temps de pratique, les attaques pourront être libres en restant dans une forme proche du kata afin de privilégier l’étude des distances, la respiration, les postures et l’harmonie entre l’attaquant et le défenseur. Ces échanges se font sans protection, donc de façon très contrôlées.

Des techniques de défense contre un agresseur à mains nues ou possédant une autre arme (couteau, sabre,...) font également partie de l’enseignement, et sont intégrées dans l’enseignement de l’aïki-jujutsu.

Le Tachi-Ken-Jutsu :

Cette discipline, complément indispensable du Iaï-Do, est le maniement du sabre à deux mains. Elle se pratique le plus souvent avec des bokens (sabre en bois) permettant ainsi un travail plus rapproché et le contact des lames. La méthode de travail est proche de celle pratiquée avec le bâton.

Cette discipline est une forme d’escrime Japonaise, pratiquée sans protection corporelle, et sans compétition, conformément à l’esprit des écoles traditionnelles.

Le Ju-Kenpo :

JPEGC’est l’art de frapper avec le poing (ken) mais aussi avec les pieds. Le terme Kenpo aurait désigné à l’origine, la version originale du Kung-fu. Le Ju-kenpo combine à la fois les anciennes techniques de boxe chinoise et les techniques japonaise de Ju-jutsu.

Il comporte certains katas à l’ancienne. Lors du travail d’application (randori), on associera aux coups des techniques de clés, de strangulation, de projection...
JPEG

C’est un complément indispensable à l’aïki-jujutsu Takeda-ryu

Les autres disciplines constituant le Sobu-jutsu Takeda-ryu :

D’autres disciplines faisant partie de l’école Takeda ne comportent pas de grade dans la branche Maroto-ha. Elles peuvent être étudiées en complément à partir d’un certain niveau de pratique.
- Le Bo-jutsu est l’art du bâton long (entre 1,6 m et 2,4 m)
- Le Shugi-jutsu est l’art de manier le bâton court
- Le Batto-giri prolongement du Iaï-do enseigne l’art de la coupe avec un katana (réservés aux pratiquants qui préparent le 4ème DAN de Iaïdo). Le test de coupe est appelé tameshigiri.JPEG

- Le Shuriken-jutsu est l’art de lancer des projectiles tranchants, des « shaken », armes de pointes en fer forgé (réservés aux pratiquants ayant un niveau de 5ème DAN)
JPEG